Évaluation environnementale

Comme nous l’avons souligné dans les différentes parties, chaque étape du cycle de vie du bois Accoya offre des avantages environnementaux intéressants. La transparence compte pour Solvay, c’est pourquoi toutes nos affirmations concernant la durabilité font toujours référence à des normes reconnues.

Ainsi, la performance environnementale du bois Accoya est rigoureusement testée et publiée après avoir été soumise à des méthodologies internationales indépendantes de pointe telles que l’Analyse du Cycle de Vie (LCA, basée sur la norme ISOM14040/44) et les Déclarations de Produits Environnementaux (EPD, basées sur les normes ISO 14025 et EN 15804). Nous tentons d’autre part d’acquérir les labels écologiques les plus respectés au monde.

Empreinte carbone – du berceau à la porte de l’usine

Dans le cadre d’une évaluation de l’empreinte carbone, il est possible de mesurer les émissions de gaz à effet de serre au cours du cycle de vie d’un matériau et de les comparer à des produits alternatifs en termes de kg d’équivalent CO2.

Une évaluation de l’empreinte carbone a été réalisée par Verco pour le bois Accoya en vertu des directives de bonne pratique du World Business Council for Sustainable Development et du Protocole de signalement des gaz à effet de serre du World Resources Institute sur la base d’un scénario allant du berceau à la porte de l’usine. Ceci inclut l’approvisionnement, la récolte et le traitement du bois source, l’ensemble de la consommation d’énergie et de matières premières ainsi que la production de déchets dans l’usine d’acétylation d’Accsys Technologies à Arnhem, aux Pays-Bas. Les résultats sont présentés dans le graphique ci-dessous.

Émissions de gaz à effet de serre

(kg d’équivalent CO2 par m3 de matériau)

graph-assessment-fr-1

Empreinte carbone – cradle to grave

La figure ci-dessous montre les émissions de gaz à effet de serre par m3 de bois Accoya d’après le rapport Verco, traduites en termes d’application à un cadre de fenêtre en situation réelle par l’université de technologie de Delft afin de tenir compte des aspects de la phase d’utilisation tels que l’utilisation de matériau, la longévité, le piégeage de carbone (d’après les directives PAS 2050) et les scénarios de maintenance et de recyclage. Pour le calcul détaillé, veuillez consulter les ressources à la fin de cette partie.

Émissions de gaz à effet de serre (cradle to grave)

(par cadre de fenêtre par matériau en kg d’équivalent CO2)

graph-assessment2-fr

Les résultats indiquent que le bois Accoya obtient des performances bien meilleures que les métaux (aluminium), les plastiques (PVC) et le bois dur provenant de sources non durables, avec des performances équivalentes à celles des bois durs provenant de sources durables (certifiées). Les bois provenant de sources locales constituent le meilleur choix du point de vue de l’environnement pour produire Accoya, ce qui n’inclut pas encore les meilleures caractéristiques de performance telles que la stabilité dimensionnelle. Il est intéressant de noter qu’en raison des faibles émissions lors de la production, des crédits-carbone peuvent être « gagnés » par i) le stockage temporaire de carbone pendant l’utilisation (surtout en cas d’un long cycle de vie) et ii) l’incinération pour produire de l’électricité à la fin du cycle de vie. Toutes les essences de bois provenant de sources durables, y compris Accoya, sont associées à des émissions de CO2 négatives sur l’ensemble de leur cycle de vie.

D’autre part, le rendement annuel des matériaux renouvelables, qui n’est pas inclus dans l’empreinte carbone, confère un important avantage environnemental supplémentaire au bois (et en particulier au bois Accoya basé sur le pin de Monterey) par rapport aux matériaux non renouvelables. Par exemple, la disponibilité de méranti provenant de sources durables est limitée, ce qui provoque souvent des approvisionnements illégaux de cette essence de bois dur à croissance lente depuis des forêts tropicales avec les conséquences catastrophiques connues associées à ce phénomène.

Évaluation du cycle de vie (LCA) et Déclaration de produits environnementaux (EPD)

Outre l’empreinte carbone, l’Évaluation du cycle de vie (LCA) d’après la norme ISO 14040/44 et la Déclaration de produits environnementaux (EPD) d’après les normes ISO 14025 / EN 15804 sont deux autres méthodologies couramment utilisées pour évaluer l’impact environnemental d’un produit. En plus du Potentiel de réchauffement global (GWP), qui représente essentiellement une empreinte carbone, le LCA et l’EPD incluent aussi des effets environnementaux tels que l’acidification, l’eutrophisation, le smog, la poussière, la biodiversité, la toxicité, l’épuisement des ressources, l’utilisation des terres et les déchets. Bien qu’ils soient plus difficiles à évaluer que l’indicateur unique de l’empreinte carbone, le LCA et l’EPD fournissent des résultats semblables à ceux de l’empreinte carbone. Pour plus d’informations, veuillez consulter les ressources ci-dessous.

Ressources supplémentaires :